Début mai, j’ai été contacté par une association de riverains de la ville de Bordeaux. Excédés par les incivilités et la désertion dont souffrait leur rue, ils décidèrent de faire venir des artistes pour colorer et donner un visage attractif à la rue Canihac, en plein centre ville.

A-MO street art elephants bordeaux animal art

Les murs concernés mesurent  plusieurs dizaines de mètres de long et ce ne sont pas moins de 5 artistes bordelais qui ont donc été contactés pour « donner un peu de couleurs » à cette rue « trop sombre » de l’avis de ses habitants.

C’est donc avec une complète carte blanche que les riverains me laissent habiller ce grand espace, situé en bas d’un grand immeuble, au milieu de la rue. A côté de moi Lulepi et Möka ont déjà réalisé, la semaine précédente, une grande fresque colorée faite de visages stylisés dont je vous laisse apprécier la qualité et la créativité. Je suis vraiment content de pouvoir peindre à côté d’artistes que j’apprécie et respecte.

J’ai alors décidé de peindre deux éléphants en restant dans les même coloris qu’eux, et en utilisant, comme eux, la séparation naturelle que forment les angles des murs, dans le but de garder une unité à cet ensemble.

A-MO street art elephants bordeaux animal art

Peindre ce mur m’a pris deux jours et demi et appris la patience…

En effet, je n’avais qu’un créneau de 3 jours pour peindre entre deux projets, et la chance semblait me sourire car la pluie de la veille s’était miraculeusement stoppée le matin même. C’est donc l’enthousiasme au beau fixe et le coffre chargé de bombes de peintures que je me gare au pied du mur. Mais ce n’est qu’une fois à portée de spray que je constate l’imprévisible : une gouttière fuit à grandes eaux le long du mur

Impossible de peindre dans cette zone. Je décide donc d’attaquer ma peinture en laissant vierge une bande d’environ 80cm qui courre de haut en bas.

Le beau temps prévu durant ces trois jours me rendait confiant : quelques heures devaient suffire à cette gouttière pour se vider des restes d’eau de pluie.

Et bien j’avais raison sur un point : cette gouttière a bien fini par se vider… Au bout de 2 jours.

Quoi qu’il en soit j’ai eu la grande chance de peindre sous un grand soleil et de passer de très bons moments avec les nombreux passants qui se sont arrêtés pour discuter. Les habitants de la rue ont été très accueillants et je garde un excellent souvenir de ces quelques heures passées rue Canhiac.

J’en profite pour saluer l’initiative de ces habitants qui ont su s’organiser et mettre en place, ensemble, un moyen de valoriser leur quartier par le biais de l’art.

Un grand merci donc à tous les habitant pour leur accueil et spécifiquement Anne Kieffer et Vincent Bordas qui ont chapoté le projet.

 

Si vous souhaitez en (sa)voir plus sur les deux artistes à mes côtés, je vous invite fortement à les suivre via FB :

Lulepi

Möka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *